Portrait de Franck Vialle, Fondateur Ulysse

Franck Vialle : “Toujours préserver le caractère social et humain de notre activité, tout en améliorant son modèle économique.”

Créé par Franck Vialle il y a plus de 20 ans (lui-même tétraplégique) Ulysse est le premier réseau de Transport et d’Accompagnement de personnes à mobilité réduite. Avec plus de 20 ans d’expérience au service des personnes à mobilité réduite, il a su s’adapter à une concurrence croissante  et poursuivre son développement, sans renier ses valeurs : le service avant tout et le souci de la qualité.

Insertion par la vie économique.

Franck VIALLE Franchiseur Ulysse

À 20 ans, Franck Vialle envisage de vivre sa passion du voyage à travers son activité professionnelle. « Je devais encore patienter quelques mois afin d’avoir l’âge minimum pour devenir steward pour Air France. Ce métier m’aurait permis de découvrir des personnes, des paysages, des continents à faible coût, tout en parcourant le monde avec un certain confort. Victime d’une chute, je me suis retrouvé tétraplégique. Je ne savais même pas si j’allais survivre à mon accident. Je suis resté allongé dans un lit durant près de trois ans. Après huit mois, j’ai enfin pu m’asseoir pour la première fois.  Ce retour à la verticalité a été comme le commencement d’une nouvelle vie. Mes parents m’ont toujours inculqué de profiter de l’instant présent. Je ne me suis promis de ne jamais m’ennuyer… et de ne jamais me laisser ennuyer ! Après trois années d’errance médicale, dans différents centres de rééducation, je me suis « botté les fesses ». La valeur « travail » comptait dans mon entourage amical et familial. J’ai commencé une formation à l’Institut d’Enseignement Supérieur de Travail Social à Nice, dans le but d’obtenir un diplôme d’Etat dans le service social. Je désirai apporter un soutien à des personnes en difficultés. Reprendre des études redonnait aussi un sens à ma vie. J’imaginais alors une insertion par la vie économique en créant une structure associative pour des chômeurs », indique Franck Vialle.

Circuler librement : une problématique récurrente.

Dans la cinquième plus grande ville de France, Franck Vialle ne peut participer à la vie de la société comme il le souhaite. Il éprouve des difficultés à se déplacer librement pour se rendre à ses cours. Ce qui lui donne l’idée d’un concept, Ulysse, adapté aux besoins des personnes à mobilité réduite (PMR). « J’avais déjà connu ce manque de structures associatives proposant des solutions adaptées à ma nécessité de mobilité, partout en France où ma rééducation m’avait mené, que ce soit en Bretagne, dans les Pyrénées-Orientales et même à Paris. Or, le modèle associatif subsiste grâce à d’hypothétiques subventions accordées par des élus locaux. Pour répondre aux besoins du transport de PMR, le modèle de l’entreprise s’imposait, alors qu’il était seulement naissant dans l’aide aux personnes. En positionnant mon activité sous forme sociétale, je pouvais générer un indispensable professionnalisme dans la pratique de ce métier pour garantir un service de qualité à mes clients. Tout d’abord, en réalisant le transport avec des véhicules aménagés pour les personnes en fauteuil roulant, confortables et climatisés. Ensuite, en accompagnant les personnes handicapées par des chauffeurs formés. Ce challenge apparaissait fort sympathique sur le plan idéologique, mais il me fallait réussir à concilier réalisme économique et engagement sociétal. Maintenir la disponibilité d’un chauffeur durant le week-end n’était pas rentable à l’origine… J’ai acheté une voiture d’occasion, Renault Express, achetée 35 000 francs[1], avec une rampe d’accès à l’arrière. J’ai tout de suite embauché une collaboratrice à temps partiel, disposant de la capacité de transport dans une activité réglementée. Très rapidement, j’ai décroché des contrats avec des établissements spécialisés du secteur niçois, contactés par téléphone ou par plaquette commerciale, ou alertés par des articles dans les médias locaux. Il existait un tel manque dans le transport de PMR que j’ai pu engager plusieurs salariés au bout de seulement quelques mois », souligne Franck Vialle.

Heureux qui comme Ulysse…

Ulysse Transport

Lors de sa création, en 1996, Ulysse, l’entreprise de Franck Vialle, figure parmi les rares structures d’insertion sous forme sociétale dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, et l’une des toutes premières à intervenir auprès des PMR au niveau national. « Près de vingt ans plus tard, le modèle associatif a été balayé dans le transport des PMR. Notre réseau compte 90 unités franchisées, 3 000 conducteurs formés et qualifiés et plus de 3 000 véhicules à disposition des PMR en France. Tous les réseaux associatifs existants avaient comme noms des sigles, dépourvus de caractère humain, et dont on ne connaissait pas toujours le sens. Pour personnaliser mon entreprise, j’ai cherché un nom ou un prénom, sans connotation politique ou sociale. Mon inconscient a sans doute parlé en choisissant Ulysse, l’un des tout premiers globe-trotteurs. Coïncidence involontaire et heureuse : lorsque j’ai fait réaliser les premières photos d’un véhicule aménagé, avec comme cadre un point de vue magnifique sur Nice, il était marqué sur le sol « Heureux qui comme Ulysse a fait un long voyage », indique Franck Vialle.

La télévision fait découvrir le concept de Franck Vialle “Ulysse”.

En 1999, une émission de télévision provoque la naissance de la franchise Ulysse. « En créant Ulysse, je n’ai jamais pensé à un déploiement au-delà de Nice, ni même au système de franchise. Comme mon concept était innovant, il a attiré l’attention de nombreux médias, en particulier France 2, TF1 et Canal+. C’est en participant à une émission animée par Jérôme Bonaldi et Martine Mauléon, une journaliste qui s’est énormément investie pour aider les chômeurs à retrouver un emploi, que le standard d’Ulysse a explosé. Nous avons reçu ce jour-là plus de 300 appels téléphoniques, dont celui de Monsieur Huchon, qui a alors indiqué qu’il « aimerai(t) reproduire notre succès » et qui est aujourd’hui encore franchisé Ulysse en Normandie. Je n’étais pas préparé à de telles demandes, auxquelles il fallait pourtant répondre. On s’est mis autour d’une table, avec des partenaires de l’entreprise. La Boutique de Gestion qui suivait mon projet d’entreprise m’a alors expliqué le fonctionnement de la franchise, un système qui restait connoté négativement. On a conçu un contrat avec un enseignant avocat, on a créé la société franchiseur Comme Ulysse et on s’est lancé. Ironie du sort, j’ai formé… mon principal concurrent, qui devait devenir un de mes premiers franchisés et qui a finalement choisi de ne pas contractualiser avec mon réseau une fois mon expérience transmise…», indique Franck Vialle.

Préserver le caractère social et humain de l’activité.

Franck Vialle franchiseur Ulysse certifié ISO

Durant les premières années, sur un marché de niche à défricher, Ulysse intègre 2 à 3 franchisés par an, qui découvrent le réseau essentiellement par le bouche à oreille. L’enseigne crée dès 1999 une offre de service aux franchisés en proposant des locations de moyenne durée, c’est-à-dire un stock de véhicules capable de répondre immédiatement à un marché. Sa pratique citoyenne est reconnue dès 2001 par Saphir, la centrale de réservation d’Air France dédiée aux personnes à mobilité réduite. L’année suivante, Ulysse devient la première entreprise de transports de personnes à mobilité réduite à obtenir la certification ISO 9001 de l’AFAQ. « Dès le départ, nous avons particulièrement veillé à l’accompagnement des personnes à mobilité réduite durant leur transport. D’une part à travers la formation des franchisés, sur la connaissance du monde du handicap, la communication avec les clients, la gestion du stress et la prévention des risques liés à notre métier. D’autre part, avec un ensemble de conditions d’emploi et de travail, ainsi que de garanties sociales, que la convention collective de notre activité n’a intégré qu’il y a trois ans. Face à une concurrence qui s’est rapidement développée, nous avons toujours préservé le caractère social et humain de notre activité, tout en améliorant son modèle économique. Par exemple, grâce à une veille sur des appels d’offres pour des marchés de transport routier, qui permet en particulier de se lancer avec un minimum de contrats garantis à l’année. Ou encore, en négociant des conditions privilégiées pour nos franchisés avec des partenaires de renom. Ces dernières années, nous avons ainsi développé une politique d’achats de véhicules groupés en relation avec les plus grands constructeurs comme Renault, Citroën et Ford. Nous sommes intervenus auprès d’un équipementier comme Speedy pour faire baisser les frais d’entretien des véhicules. Au niveau de l’assurance, nous avons un contrat adapté aux spécificités de notre activité, avec une offre de mutuelle pour les salariés du réseau. Le franchiseur Ulysse est exploitant pour un cinquième des unités de l’enseigne. Avoir les mains dans le cambouis permet de ne jamais se déconnecter de la réalité, et de ne pas chercher à compenser des avancées concrètes pour ses franchisés par des campagnes de marketing. Dans notre activité, même en réunissant l’intégralité des grands réseaux, on ne parvient pas encore à couvrir l’ensemble des besoins existants », rappelle Franck Vialle.

Ulysse intègre le Club Excellence de la BPI France.

Au-delà des salons liés à son métier comme Autonomic, le franchiseur Ulysse participe depuis dix ans à d’importants salons de recrutements de candidats à la franchise, tels que Franchise Expo Paris, Top Franchise Méditerranée ou le Forum Franchise Lyon.

bpifrance-partenaire-ulysse-Franck-Vialle

« Après avoir professionnalisé notre marché, et professionnaliser notre structure opérationnelle, avec des jeunes cadres travaillant en transversalité dans les services en soutien des franchisés, nous sommes en train de professionnaliser le franchiseur Ulysse. Nous avons organisés une levée de fonds et un investisseur majeur, le CMC-CIC est entré au capital du groupe Ulysse. Nous allons, entre autres, renforcer notre communication, améliorer notre outil informatique, perfectionner l’animation de nos franchisés… Nous avons l’ambition de passer de 90 à 100 unités d’ici deux ans. Nous venons d’intégrer le Club Excellence de la BPI France, ce qui est une belle marque de confiance des pouvoirs publics en notre concept. En défendant des valeurs d’honnêteté et de transparence, Ulysse propose aujourd’hui une activité à la fois économiquement viable et socialement utile à des candidats entrepreneurs qui ont le courage de leurs ambitions. Notre modèle économique permet de créer son entreprise en atteignant d’emblée le point mort, sans nécessiter un investissement financier important, ni la charge d’un droit au bail. Ce qui revient à une prise de risques limitée ! De plus, notre activité ne fait pas partie des services à la personne, dont la tonicité du marché dépend du maintien d’avantages fiscaux. Jamais je n’aurai pensé qu’Ulysse puisse essaimer sur le plan national. En tant qu’être humain, j’ai créé de la richesse pour mon pays, j’ai participé à permettre à plusieurs milliers de gens de se véhiculer au quotidien et, modestement, à offrir un autre regard sur le transport et l’accompagnement de personnes à mobilité réduite. Je peux participer aux charges de ma famille, leur proposer une vie confortable et ne pas faire subir mon handicap à mon enfant plus qu’il ne le subit déjà. Plutôt que de me considérer comme une victime du handicap qui se morfond devant sa télé, mon fils de 24 ans est aujourd’hui fier de son père entrepreneur », conclut Franck Vialle.


[1] Environ 5 300 euros